Malacca – Emprisonnés dans une chaussure.

On prend le temps de se balader longuement dans le quartier Chinatown de Malacca. Ce quartier est un mélange ethnique harmonieux et son patrimoine religieux est incroyable. Nous faisons le tour des lieux de culte de la Harmony Street – Rue de la Paix. Pourquoi ce surnom? Tout simplement parce que cette rue abrite trois lieux de cultes de religions majeures en Malaisie : une mosquée, le plus vieux temple chinois et le plus vieux temple hindou de Malaisie, symboles de la coexistence pacifique des différentes cultures au sein d’une même ville.

DSC03758

DSC03805

DSC04040

P1040690

P1040700

Mais nous y sommes surtout pour découvrir l’atelier du dernier fabricant de Lotus shoes en Asie.

DSC03868

Chaussures de lotus, un nom magnifique pour ces beaux souliers en soie de 7,5 centimètres qui semblent appartenir à des petites filles.

DSC03857

Il est difficile de croire que ces minuscules chaussures étaient jadis portées par les riches femmes adultes en Chine. Nous sommes en effet dans la boutique du dernier artisan en Asie, qui crée des chaussures… pour pieds bandés.

DSC03879

DSC03859

Les pieds bandés sont une tradition chinoise qui consistait à serrer de manière très forte les pieds de jeunes filles pour ne pas qu’ils grandissent. A la fin de la dynastie Tang, au xe siècle, l’empereur avait demandé à sa jeune concubine de se bander les pieds pour exécuter la traditionnelle danse du lotus et ainsi accroître son désir. Un siècle plus tard, la coutume est entrée dans les mœurs et elle est devenue symbole de la richesse et la distinction parmi toutes les femmes de l’empire. Je ne vais pas vous raconter en détail en quoi consistait cette pratique monstrueuse mais sachez que la tradition des pieds bandés a été pratiquée en Chine pendant plus de mille ans et le nombre de femmes à avoir vu leurs pieds ainsi mutilés est estimé à un milliard! DSC03846

DSC03840

DSC03838

Depuis 1902, cette pratique est interdite et le fils du fondateur du magasin n’a plus de clientes à approvisionner. D’ailleurs, il n’a pas trouvé de remplaçant, à qui transmettre son savoir-faire. Ses enfants sont partis faire les études et ils ne pensent pas vouloir continuer cette tradition familiale.

Aujourd’hui, les chaussures de lotus font désormais la joie des collectionneurs et des touristes. Et elles restent pour le peuple Chinois des reliques d’un passé qu’ils veulent oublier.

4 Responses to “Malacca – Emprisonnés dans une chaussure.”
  1. Adeline misti

    Dieu merci que cette pratique est été abolie. Bisous ma chérie et continue à nous cultiver ;-)

    • eva

      Merci Adeline! Les photos sur place sont choquantes. Il y a quand même des choses dans ce monde que l’on a du mal à comprendre…

  2. Alex somzero

    Hello0 Eva

    Thank you for nice pictures and good times you share with us

    Fais toi pleins de souvenirs …Gros Kixx.

Leave a Reply